Home Cultura PAPAGROOVE: Explosif, créatif, génial!
Cultura - March 21, 2010

PAPAGROOVE: Explosif, créatif, génial!

La première fois que j’ai rencontré le groupe Papagroove, c’était en juillet 2008 dans le cadre du Festival International de Jazz de Montréal, quand ils ont fait le lancement de leur premier CD We’re not blind . Ensuite, en 2009 ils étaient de retour pour offrir une performance déchaînée au 30e Festival International de Jazz de Montréal et le public est devenu fou. Récemment, la Série Caliente du Festival Montréal en Lumière a présenté un concert de Papagroove, il faut dire que la musique proposée par le groupe a fait danser les gens sans arrêt au Théâtre L’Astral.

La réussite du CD « We are not blind » est totale, Papagroove a eu une nomination comme album world de l’année 2009 dans le cadre du GAMIQ (Gala de l’Alternative Musicale Indépendante du Québec).. Ce premier opus compte parmi ses collaborateurs

l’ingénieur de son David Sturton (Bran Van 3000, Jean Leloup) de même que le Camerounais David Ngohdefikko, membre du légendaire groupe de Fela Kuti, Egypt 80. Cet album a permis notamment au groupe de produire leur première tournée nationale durant l’été avec plus de 25 concerts dans trois provinces canadiennes pour une période de deux mois.

Collectif afro funk montréalais établi depuis six ans, Papagroove regroupe treize musiciens issus de diverses formations reconnues (La Chango Family, Dobacaracol, Jean Leloup, Loco Locass, Syncop, Oztara, Kaliroots). Il doit sa naissance aux jam sessions hebdomadaires improvisées à l’automne 2002, alors que les membres fondateurs ètaient engagés dans divers projets musicaux. L’initiative de Gabriel Lajoie (basse), Sylvain Plante (batterie), Martin Lizotte (claviers) et Didace Grondin (guitare) répond ainsi au besoin de musiciens talentueux et novateurs de se retrouver entre amis et de partager un attrait commun pour la musique funk et l’afrobeat.

Les critiques sont élogieuses et unanimes : Papagroove, avec tout son dynamisme, son originalité et la justesse de ses textes est un projet des plus prometteurs. En effet, Papagroove c’est la preuve vivante de l’intégration, de l’harmonie et de la créativité de la vie culturelle à Montréal. On peut expérimenter la versatilité et le dynamisme des jeunes musiciens qui n’ont pas peur d’improviser librement pour conquérir le public. Du funk à l’intensité du rock, la scène devient l’endroit parfait pour démontrer leur talent rempli d’énergie.

J’ai rencontré Sébastian Francisque, le chanteur principal du groupe pour partager quelques minutes avec lui et découvrir la profondeur de Papagroove, un groupe non conventionnel qui atteint les cœurs de ceux qui aiment l’originalité à tout prix.

ON EST UNE FAMILLE.

Sebastian, le public a montré beaucoup d’enthousiasme pour la musique de Papagroove; quels sont les plans pour cette année?

Sébastian Francisque : On travaille sur le deuxième album, on a obtenu une subvention pour l’Ouest canadien, et on va passer le mois d’août là-bas pour tester notre matériel; on vient de participer à la bourse Rideau, ça s’est bien passé et on attend des appels pour le mois de juillet, c’est très satisfaisant.

et le festival International de jazz en 2010?
Sébastian Francisque : Oui, on devrait y participer, on l’a fait pendant trois ans, on a lancé notre album We’re not blind, mais cette année on verra, on souhaite participer.

Selon vous, quelle est la différence entre Papagroove et les autres groupes francophones?

Sébastian Francisque : Je pense qu’ on est en 2010 et on est 13 : Sylvain Plante: Drums, Gabriel Lajoie: Basse, Marc-André Paradis: Percs, Maxime Audet-Halde, Didace Grondin: guitars, François Therrien, Martin Lizotte: Keyboards, Jacques Kuba Seguin: Trumpet, Matthieu Van-Vliet: Trombone, Mario Allard: Alto Sax, Philippe Dalpé: Tenor Sax, Jean-François Ouellet: Baritone Sax et moi . Il n y a pas beaucoup de groupes aussi grands, mais tout le monde y participe avec son cœur, je pense qu’ il y a une bonne cohésion entre nous, c’est d’abord une famille; chacun a ses influences propres, mais avec tout le respect pour l’autre, et je pense que cela fait que nous sommes très originaux.

Je dirais qu’avec Papagroove tout est possible sur la scène. Qu’est ce que tu en penses?
Sébastian Francisque : (il rit) Il y a une liberté dans le groupe. On garde certaines valeurs, il y a beaucoup d’improvisation rendue possible grâce a l’expérience des musiciens. A propos, la plupart des membres de notre musiciens viennent d’ici, de Montréal.

Vous êtes un chanteur qui fait danser le public, peut-être à cause de votre propre façon de danser?
Sébastian Francisque: Je ne suis pas un grand danseur dans la vie, mais sur la scène je deviens une autre personne, dès que j’entends le bip bom, je sens que cela me pousse à aller danser. Également, sur la scène nous faisons chacun notre contribution, mais il y a quelqu’un qui travaille très fort pour notre projet, c’est le membre fondateur de Papagroove, il s’appelle Gabriel. Lui il travaille pour le spectacle, pour faire les réservations, les relations publiques, etc.

Vous avez une chanson dans l’album « We are not blind » qui est un discours de Nelson Mandela, vous avez appris les mots par cœur, pourquoi?
Sébastian Francisque : Oui, en effet la chanson était inspirée par un discours de Nelson Mandela qu’il a prononcé en 1994 en Afrique du Sud, c’est un hommage à ce grand homme, Mandela. De plus, les gens aiment çà, parce que c’est une chanson plus tranquille, ils chantent avec nous, c’est un discours qui réunit.

Finalement c’est quoi l’influence qui va prédominer dans le deuxième album de Papagroove?

Sébastian Francisque :
Ca va rester dans la formule afro-beat, c’est certain, mais je crois qu’il aura un son unique, qu’ on obtient de plus en plus ensemble. Le deuxième album va témoigner de tout ce qu’on est en tant qu’équipe, comme groupe.

 

Editrice: Jeanne Dupré

Site web Papagroove www.papagroove.net/

Remerciement : Elise Casavant. Group Spectra

Photos: Papagroove- Ulyssel B- Dave Maleod

http://www.myspace.com/papagrooveband
http://www.sonicbids.com/PAPAGROOVEBAND3

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Check Also

Ya basta de satanizar a Corea del Norte (1 parte)

Email @NataliaGnecco¿Hay que tener miedo de Corea del Norte? ¿Es loco su dir…