comlan1
Home Política Le départ de Comlan
Política - November 25, 2009

Le départ de Comlan

C’était avec une grande tristesse que j’ai appris la démission de Comlan Amouzou, Candidat à l’investiture Parti libéral du Canada Comté d’Outremont et présidente de la commission politique du PLC-Q sur le multiculturalisme.

Lorsque la course à l’investiture a été lancée en juin dernier à Outremont, trois candidats se sont manifestés : M. Sébastien Dhavernas candidat déchu à l’élection de 2008, M. Comlan Amouzou, vice-président de l’association libérale et M. Robert M. David professeur à l’université de Concordia et d’Ottawa. Mais à la fin, le processus était interrompu puis la chaise était donnée au candidat Martin Cauchon.

C’était avec stupéfaction que les sympathisants libéraux d’Outremont ont appris en septembre, par le journal Le Devoir cette décision du PLC.

Comlan a trouvé regrettable qu’une telle information soit diffusée par le biais des médias, mais il avait continué sa campagne puis a ce moment-la, il était convaincu de pouvoir battre Martin Cauchon. Malheureusement aujourd’hui la situation est distincte.

«J’ai reçu beaucoup de pressions pour que je laisse la place à Martin Cauchon, même si on m’avait promis une véritable course à l’investiture. Chaque jour, je reçois des appels et des lettres anonymes pour que je quitte», dit-Comlan. Également, il assure qu’à au moins une reprise, un appel anonyme lui a demandé de régler ça à l’amiable avec l’entourage de Martin Cauchon.

Comlan Amouzou est membre du PLC depuis 14 ans, puis il a dirigé toutes les campagnes électorales du PLC dans cette circonscription depuis 1997 (Cauchon, Lapierre, Coulon et Dhavernas) Il était aussi vice-président de l’association libérale d’Outremont. Cependant il a démissionné comme candidat, également de son poste de vice-président de l’association libérale d’Outremont et de la présidence de la commission politique du PLC-Q sur le multiculturalisme. Suite à cette annonce déclare-t-il: “ Pressions et intimidations ont débutées. Aujourd’hui, je me pose de très sérieuses questions sur la place des communautés ethniques au sein du Parti libéral du Canada-Québec. Ce parti est devenu une chasse gardée pour quelques privilégiés qui agissent en fonction de leurs intérêts et de leurs ambitions au détriment des aspirations des militants de base. Je ne reconnais plus, poursuit-il, les véritables valeurs libérales, celles auxquelles j’ai adhéré durant 14 ans et qui, jadis, ont fait du parti libéral, le premier parti des Canadiens ».

 

Un citoyen engagé.

Dr. Comlan Amouzou, MD, MPA, citoyen Canadien d’origine togolaise, est actuellement le porte-parole de la Coalition des associations de médecins diplômés à l’étranger. Arrivé au Québec en 1995, le Dr. Amouzou est résident du comté d’Outremont depuis plus d’une décennie. Détenteur d’un doctorat en médecine générale, titulaire d’une maîtrise en administration publique, médecin volontaire dans de nombreuses causes humanitaires dans le monde, il a toujours travaillé pour les communautés, surtout pour défendre le droit des médecins diplômés à l’étranger.

Un de ses enjeux de campagne était la santé. Il vaudrait assurer l’accessibilité aux soins de santé et des services sociaux puis l’accès à un médecin de famille et à un spécialiste. Pareillement l’immigration était aussi un sujet important pour lui. « Le Canada et le Québec choisissent des immigrants hautement qualifiés, ces nouveaux arrivants doivent être intégrés, le plus rapidement possible, dans le tissu économique et social du pays. Pour ce faire, il est nécessaire d’aider financièrement les organismes communautaires qui œuvrent à l’intégration de ces derniers; accélérer la reconnaissance des acquis, l’insertion sur le marché du travail, le traitement des dossiers d’immigration et la réunification des familles, puis aussi mettre sur pied un programme de stages pour les nouveaux arrivants » affirme Comlan.

Un adieu court

« Pourquoi alors vouloir changer à la dernière minute les règles du jeu? » S’interroge encore Comlan Amouzou, qui affirme que depuis 2007, les candidats vedettes envoyés à la dernière minute à Outremont ont eu très peu de temps pour travailler le comté et se connecter avec la base. Beaucoup de sympathisants libéraux à Outremont sont aujourd’hui moins impressionnés par les candidats vedettes qu’il y a autrefois. Et aussi le profil démographique du comté a beaucoup changé. « Nous ne voulons plus, dit-il, que le Parti libéral soit un parti de notables. Tout candidat est bienvenu à Outremont à condition de participer à la course à l’investiture et de se soumettre aux mêmes règles démocratiques que tout un chacun.»

Comlan a remercié son équipe de campagne et tous les bénévoles qui se sont joints à lui et qui, dit-il, « ont fait un travail admirable pour défendre ensemble les couleurs du parti libéral àOutremont ». Il tient aussi à remercier tous les habitants, femmes, hommes et jeunes d’Outremont, de Côtedes- Neiges et du Mile-End qui lui ont apporté leur appui durant les cinq mois passés sur le terrain.

Amouzou a également reçu un important support des différentes communautés ethniques d’Outremont : « Elles ont suffisamment cru en moi pour être convaincues que je pouvais les représenter à Ottawa. » ajoute-t-il. Finalement, il pense que le Parti libéral que M. Michael Ignatieff veut instaurer au Canada, doit donner des chances égales à tous les citoyens. L’avenir des candidats d’origine étrangère est imprévisible au sein du Parti Libéral de Canada, mais Comlan garde son propre espoir : « j’ai quitté le Parti Libéral, mais je ne quitte pas la politique »

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Check Also

Ya basta de satanizar a Corea del Norte (1 parte)

Email @NataliaGnecco¿Hay que tener miedo de Corea del Norte? ¿Es loco su dir…